TÉLÉCHARGER LE PDF COMPLET DE L’ÉTUDE

INTRODUCTION

C’est indé­niable : les médias sociaux impulsent et façonnent les choix des consom­ma­teurs. Ces der­niers y découvrent de nou­veaux pro­duits et de nou­velles marques, y confrontent leurs feed­backs et incitent les autres à ache­ter à leur tour.
Aucun autre groupe ne le fait davan­tage que les Mil­lé­nials. Cette géné­ra­tion a gran­di avec les médias sociaux et a pris l’habitude de par­ta­ger en ligne ses choix de vie.
Et par­mi les dis­cus­sions pas­sion­nées, la nour­ri­ture est un sujet qui les anime par­ti­cu­liè­re­ment. De quoi faire des médias sociaux l’endroit idéal pour pui­ser de l’inspiration et étu­dier le mar­ché, pour les dis­tri­bu­teurs ali­men­taires.

CONTENU DE CETTE ÉTUDE

Cette étude ana­lyse la façon dont les Mil­lé­nials parlent de nour­ri­ture en ligne : ce qui les pousse à ache­ter, leur opi­nion à l’égard de cer­tains ali­ments et ce qu’ils sou­hai­te­raient davan­tage voir sur le mar­ché.
Nous avons dis­tin­gué plu­sieurs ten­dances ali­men­taires clés chères aux Mil­lé­nials, en ligne, notam­ment :

  • Des pro­duits sur­ge­lés et des repas prêts à consom­mer
  • Une atten­tion por­tée à la com­mo­di­té et à la nour­ri­ture « heal­thy »
  • Des snacks riches en pro­téines et hypo­ca­lo­riques

Cette ana­lyse vien­dra mettre en exergue la per­ti­nence de la social data pour les marques dési­reuses de séduire cer­tains seg­ments spé­ci­fiques du mar­ché avec le mes­sage appro­prié ; avant de jouer le jeu de l’innovation, en pro­po­sant deux pro­duits « fit­tés » pour les goûts et envies des Mil­lé­nials.

POURQUOI LES MILLÉNIALS ?

Géné­ra­le­ment dési­gnés comme les per­sonnes nées entre le début des années 80 et l’an 2000, les Mil­lé­nials consti­tuent un impor­tant groupe d’âge (le pre­mier des États-Unis). Ils forment aujourd’hui la prin­ci­pale géné­ra­tion de tra­vailleurs et absorbent une grande pro­por­tion de la consom­ma­tion mon­diale actuelle.

En consé­quence, leurs exi­gences comptent pour beau­coup dans les déci­sions des marques et des fabri­cants, en par­ti­cu­lier dans le sec­teur de l’industrie ali­men­taire.

Il serait illu­soire et erro­né d’envisager les Mil­lé­nials comme une com­mu­nau­té unique. Il est impos­sible de défi­nir cette géné­ra­tion selon une habi­tude com­mune, un mode de vie par­ta­gé, un ensemble de com­por­te­ments homo­gènes. À l’inverse, elle peut être scin­dée en divers sous-groupes démo­gra­phiques se ras­sem­blant sou­vent autour de valeurs et d’une culture col­lec­tives.

Dans tous les cas, les Mil­lé­nials forment un groupe cible pas­sion­nant.

On leur doit cer­tai­ne­ment cette aspi­ra­tion crois­sante pour la per­son­na­li­sa­tion du ser­vice et le recen­tre­ment récent sur la com­mo­di­té ou le bien-être.
Pre­mière géné­ra­tion à avoir gran­di avec Inter­net et les médias sociaux, ils ont tra­cé la voie d’une rela­tion plus trans­pa­rente et plus durable avec les marques et les fabri­cants.

Ils éta­blissent géné­ra­le­ment des pré­cé­dents concer­nant les déci­sions d’achat. Si on ne peut évi­dem­ment géné­ra­li­ser sur les Mil­lé­nials, il serait dom­ma­geable pour une marque de ne pas suivre les com­por­te­ments, en constante évo­lu­tion, d’une géné­ra­tion qui impacte tant les habi­tudes de consom­ma­tion.

INSIGHTS CONSOMMATEURS POUR INNOVATIONS CONCRÈTES

Sans sur­prise, les Mil­lé­nials par­ti­cipent lar­ge­ment aux conver­sa­tions publiques en ligne tou­chant au sujet « nour­ri­ture ». Aux États-Unis, sur Ins­ta­gram, Face­book et Twit­ter, ils repré­sentent 40% des dis­cus­sions sur le sujet (48% en France en 2018).

Les opi­nions ain­si expri­mées en ligne consti­tuent une source inta­ris­sable de futurs com­por­te­ments de consom­ma­tion, aus­si bien qu’un baro­mètre pré­cis des ten­dances actuelles.

En s’attardant sur leurs com­men­taires et les recom­man­da­tions ali­men­taires qu’ils dis­til­lent, on dis­tingue néces­sai­re­ment des habi­tudes d’achat en deve­nir, voire des pré­fé­rences d’ingrédients ou de pré­pa­ra­tions, per­met­tant d’an­ti­ci­per ceux qui récol­te­ront des avis néga­tifs.

Grâce à ces pré­cieux insights com­por­te­men­taux, les marques ont la voie libre pour inno­ver. Les médias sociaux, fina­le­ment, peuvent ser­vir de labo­ra­toire à idées tirées en direct des com­men­taires spon­ta­nés des consom­ma­teurs. Ceci vaut pour tous les uti­li­sa­teurs de médias sociaux, mais les Mil­lé­nials sont deve­nus si influents qu’ils inté­ressent les marques en prio­ri­té.

Les millénials influenceurs food

MÉTHODOLOGIE DE L’ÉTUDE

Methodologie étude Aliments pour millenials